Alexandre Orlov

Executive Secretary of the Trianon Dialogue and former Ambassador of the Federation of Russia in France.

Fahad Bin Ibrahim Al-Hamad Al-Mana

Ambassador extraordinary and plenipotentiary of the State of Qatar in the Kingdom of Morocco since August, 2019. He joined the Ministry of Foreign Affairs in Doha in 1987 as Third Secretary. He has been First Secretary at the Embassy of the State of Qatar in Italy (1997-2000). He also worked in the Department of International Organizations and Conferences, the Department of Legal Affairs and the Department of European Affairs at the Foreign Ministry. He served in several embassies (Morocco, Pakistan, United Arab Emirates, Spain, Argentina). He has a B.A in History and Geography from Education College, in Qatar University 1986, and a Master in International Law from the National Institute of Public Administration, Morocco 1991/1992.

Yun Seong-deok

Ambassador of Korea in Morocco. Mr. Yun Seong-deok began his career by joining the Ministry of Foreign Affairs in 1989. In 1998 he became First Secretary at the Embassy of Korea in Belgium and of the Korean Mission to the EU. He served in the same position at the Embassy of Korea in Lebanon. He was appointed as Minister-Counsellor of the Permanent Mission to the UN in Geneva. He served as Deputy Consul General in Guangzhou, China and Minister at the Embassy of Korea in Belgium and of the Korean Mission to the EU in 2013. He served as Director-General for Bilateral Economic Affairs at the Foreign Ministry.

Nicolas Chamussy

Airbus Space Advisor since June 2019. He has worked at Airbus for 18 years and served both at operational and high level management positions in space activities and at Airbus CEO’s office such as Head of Space Systems at Airbus Defence and Space (2016-2019) and Chief of Staff to the CEO of Airbus (2012-2016). Previously, he worked six years in the French public administration at the Ministries of Defense (including as Advisor to the Minister of Defense) and Finance.

Carsten Lohn

Vice President – Chief of Staff for Strategy, Mergers and Acquisitions and Public Affairs at Airbus S.A.S. The scope of the department includes product and services strategies, intelligence, benchmarking and market forecast, M & A and Public Affairs. Carsten joined Airbus in 1997 and held various management positions in Production, Final Assembly Lines, Cabin Furnishing, Programs and Procurement across different sites and countries. Prior to joining this department, Carsten lead the running organization development, major company reorganization and transformation projects. He studied Aerospace Engineering at the Technical University of Braunschweig in Germany and at the Royal Melbourne Institute of Technology in Australia. Before joining Airbus, Carsten worked in different Aerospace companies worldwide, such as Raytheon Aircraft in the United States or IPTN in Indonesia.

Soraya Hakuziyaremye

Before her appointment as Minister of Trade and Industry, Soraya Hakuziyaremye was Senior Vice President in Financial Institutions/Financial Markets Risk at ING Bank in London. She also worked in various senior positions at BNP Paribas Group in Paris, Fortis Bank and the Bank of New York Mellon in Brussels. Minister Hakuziyaremye also served as Senior Advisor to Rwanda’s Minister of Foreign Affairs from 2012 to 2014. She was a board member of Ngali Holdings as well as the Brussels-Africa Hub. She brings a rich experience in global banking and advisory as well as international exposure to help local businesses become more competitive. She holds a postgraduate degree in International Management from the Thunderbird Graduate School of Global Management at Arizona State University in the United States and a Masters in Business Engineering (Ingénieur de Gestion) from the Solvay Business School at the Université Libre de Bruxelles in Belgium.

Shambu S.Kumaran

Ambassador of India to the Kingdom of Morocco. Shambhu Santha Kumaran joined the Indian Foreign Service in 1995. His diplomatic assignments abroad include Political Counsellor in Kathmandu (2007-2009) and Deputy High Commissioner to South Africa (2009-2012). At Headquarters, he was Deputy Secretary (West Europe Division) handling relations with the United Kingdom, Germany, Spain as well as the Commonwealth from 2002-2004. From 2012-2016, he was Director (East Asia/China), Joint Secretary (Establishment) and Joint Secretary (Eurasia) in MEA. During January 2016-May 2019, he was on deputation to the Ministry of Defense as Joint Secretary (Planning and International Cooperation). He holds a Bachelors Degree in English Literature from Kerala University as well as an MA in International Studies and Master of Philosophy in Diplomatic Studies from Jawaharlal Nehru University, New Delhi.

Mathias Harebamungu

Dr Mathias Harebamungu is the Ambassador of the Republic of Rwanda in Senegal. Doctor of physical and urban planning from the Université Michel de Montaigne Bordeaux 3, former Minister of State at the Rwandan Ministry of Education, former Secretary-General at the same Ministry after an academic career.

M’jid El Guerrab

Member of Parliament for the 9th constituency of French people living outside France (Maghreb and West Africa). A member of the “Liberté et territoires” group, he was a member of the Defense and Armed Forces Committee before joining the French National Assembly’s Finance Committee. He was a member of the special PACTE committee and the committee of inquiry on the fight against extreme right-wing groups. He was also the press officer of Ségolène Royal, candidate in the 2007 presidential election; responsible for communication and the press within the Socialist Group of the Senate; ministerial advisor to Thierry Repentin, first Minister for vocational training and then for European integration; communication and press relations advisor in the Senate and head of the press department of Caisse des Dépôts. He is a graduate of the Institute of Political Studies (IEP) in Aix-en-Provence, France.

Borhann Rachdi

Director of Government Affairs for Middle East and Africa at Philip Morris International, based in Lausanne, Switzerland. Borhann is responsible for leading and providing strategic advice to 69 countries on public affairs and policy to advance the company’s objective to design a smoke-free future. He started his career in 2002 in Paris, as a Marketing Specialist for Africa at Western Union Financial Services, the worldwide money transfer leader. During his 10 years at Western Union he worked in cross-functional positions with increased responsibility in several markets in Africa, both in Marketing and Business Development. He led the North Africa Region as Senior Country Manager. In 2012, Borhann joined Philip Morris International as the Head of Corporate Affairs for Tunisia and Libya, based in Tunis. In 2015, he was named Regional Sales Manager for Morocco, before moving to Lausanne in 2017.

Sally Eaves

Emergent Technology CTO, Global Strategy Advisor, Professor in Advanced Technologies. Founder of Aspirational Futures, she specializes in the application and integration of Blockchain, Artificial Intelligence and associated emergent technologies for business and societal benefit.

Zakalia Kote

Ambassador of Burkina Faso in Morocco. A magistrate by training, Ambassador KOTE Zakalia has held several positions in the courts (Prosecutor, President of the Court) and in the judicial administration (Directorate of Studies and Planning). He was Director of Cabinet of the Minister of Foreign Affairs (March 1999 – January 2006), Secretary-General of the Government and the Council of Ministers (January 2006 – May 2007), Minister of Justice Keeper of the Seals (May 2007 – January 2011). He was President of Chamber at the Court of Auditors until his appointment as Ambassador in Rabat (October 2016).

Nadia El Mahjoubi

Nadia El Mahjoubi is a diplomat and First Secretary of Foreign Affairs, seconded to The Royal Cabinet as collaborator of the Counsellor of His Majesty The King Mohammed VI, Mr. Andre Azoulay. Prior to that, Nadia El Mahjoubi was advisor of the chargé de mission Minister Youssef Amrani at The Royal Cabinet. She was advisor in charge of Africa at the office of the Secretary General of the Minister of Foreign Affairs and Cooperation of Morocco and desk officer at the African Department for political affairs in charge of West and Central Africa. She has a degree in Public Policies Management from the University of Mohammed V in Rabat and from the Moroccan Academy of Diplomatic Studies.

Abla Benslimane

Director of Corporate Affairs in charge of Fiscal and Regulatory issues, Public Relations, and Illicit Trade Prevention for Philip Morris Morocco that she joined in 2012. Previously in 2003, she joined the US embassy in Rabat as political analyst and during her eight-year career she also worked with the US State Department Bureau of International Narcotics and Law Enforcement Affairs. In 2002 she joined the Environment and Development Agency in preparation for the World Summit on Sustainable Development in Johannesburg. She studied at American schools of Rabat, Tangier, and Bonn and later graduated from Al Akhawayn University in Ifrane in International Relations and Women Studies. She also has a Masters in Education from Framingham University.

Hélène Le Gal

Ambassador of France to Morocco. Graduated from the Institute of Political Studies, Ambassador Le Gal worked as a first secretary at the French embassies in Tel Aviv and Madrid and became a technical advisor to the Minister Delegate for the Cooperation to the Francophonie. She was a counselor at the Permanent Representation of France to the EU Parliament in Brussels. She moved back to Africa to be Deputy Director for Central and Eastern Africa at the Ministry of Foreign and European Affairs. She was Consul General of France in Quebec City, then Africa Advisor to the Presidency of the Republic and Ambassador of France to Israel before coming to Morocco. She is an Officer of the Legion of Honor.

Polina Vasilenko

Portrait de Polina Vasilenko

Founder and CEO, HelioRec. Polina Vasilenko is a passionate environmental entrepreneur, with two master’s degrees in Chemistry and Renewable Energy. After a successful 14-year career in the oil and gas industry, she decided to make a fundamental career change and do something useful for the planet. She therefore moved into renewable energy technologies. HelioRec company’s mission is producing clean energy through reducing greenhouse gas emission, effective plastic waste management, and land scarcity mitigation. As a winner of the first Women in Green Tech International Awards, she believes that offshore floating solar is the next new sector in the energy industry.

LES MOBILISATIONS DANS LE MONDE : UN NOUVEAU SURSAUT DES PEUPLES ?

12 novembre 2019

La World Policy Conference qui a eu lieu à Marrakech du 12 au 14 Octobre 2019 a passé en revue l’état actuel du monde. Son diagnostic est sévère et alarmant. Il est vrai que les tensions se multiplient sur la planète entre les Etats, qu’elles s’aggravent particulièrement dans le monde arabe, que l’essor du protectionnisme et le réveil de nationalismes donnent l’impression que la mondialisation est en recul.

Nous voudrions défendre ici une autre vision des choses. Depuis le début de 2019, des mobilisations populaires, jadis improbables, sont réapparues, tant dans le monde arabe qu’en Amérique latine ou à Hong Kong. A travers des manifestations répétées, les peuples montrent qu’ils ne supportent plus l’arrogance de leurs dirigeants, leur incompétence autant que la corruption dont ils sont les principaux profiteurs. Les mots d’ordre qui reviennent sont : la protestation contre la diminution des moyens de vivre ; mais, surtout, la volonté de rendre le pouvoir au peuple ; et de façon plus radicale, la dénonciation d’une classe  politique, qui, selon eux, porte la responsabilité depuis de longues années, de la corruption du système. En un mot, les soulèvements populaires ne visent pas simplement à protester contre l’Etat, ou contre son incurie, mais condamnent sans appel le système dans son ensemble : ce qu’exprime la reprise du terme « dégage ».

Qu’on considère, d’abord, les énormes mobilisations qui, depuis 37 semaines, ont sans faillir occupé la rue à Alger. L’originalité de ce vaste mouvement est bien connue : déclenchée par l’insistance du Président Bouteflika à rester au pouvoir, la mobilisation a permis non seulement de l’obliger à céder la place, mais a généré de nombreux ralliements contre un certain nombre de tenants de l’ancien régime. La reprise en main par un général de l’armée qui fait office, depuis le début du mouvement, de Président par intérim, n’a pas empêché la Justice de condamner et d’emprisonner un certain nombre de responsables appartenant au « clan » Bouteflika. Chose surprenante, dans un pays jadis tenu par une main de fer, où bon nombre de généraux se partagent  la richesse nationale, un pays qui était resté muet à l’époque du Printemps arabe, ces mobilisations sont vite apparues comme l’expression d’une volonté populaire inflexible (ainsi la proposition de nouvelles élections présidentielles en décembre 2019 reste récusée par les manifestants). Les foules ont choisi une conduite  pacifique,  sans doute aussi parce que les autorités ont,  depuis le début de cette crise institutionnelle,  privilégié un encadrement prudent de la protestation. Un évènement inédit, quand on se rappelle les sanglantes répressions de jadis en Algérie.

Les sursauts populaires ont, plus récemment, caractérisé deux autres pays arabes. En Irak, depuis plusieurs semaines, d’émeute en émeute, le peuple brave une répression des plus sévères de la part du pouvoir. On comptait, à ce jour, un tragique bilan de 270 tués et des milliers de blessés, la plupart victimes de tirs à balle réelle, à Bagdad et plus récemment  à Kerbala. Ce mouvement est symptomatique d’un peuple en détresse, qui réclame depuis des jours, de justes moyens de vivre, et maintient une même inflexibilité à défier le pouvoir. La place centrale de Bagdad est devenue l’emblème d’une lutte opiniâtre, dont les enjeux sont avant tout le départ des dirigeants, la fin d’un régime corrompu , la reconnaissance des libertés  et, plus largement la fin du système politique lui-même. Les manifestants, plus aguerris au fil des jours, ont pratiquement mis le pays à l’arrêt, et contrôlent la majorité des ressources pétrolières. Ils espèrent, en bloquant aussi les routes, forcer le pouvoir à réagir, face à une dégradation généralisée de l’activité économique.

Au Liban, pays apparemment réconcilié, après la guerre civile qu’il a traversée, le peuple, sans distinction de classe ou d’appartenance religieuse, s’est levé depuis une troisième semaine contre le pouvoir. A ce jour, il a obtenu la démission (provisoire ?)  du Premier ministre, en maintenant une conduite pacifique, malgré l’hostilité du Hezbollah dans un premier temps. Le scénario est ici différent. Le Président Aoun comptant des partisans, particulièrement d’obédience chrétienne, tente d’imposer un gouvernement de technocrates. Au-delà des récriminations économiques, et de la même demande du départ de toute une classe politique,  l’ enjeu  plus spécifique qui rassemble le peuple, dans son immense majorité est la volonté de mettre fin au système  politique confessionnel . Et  ceci,  au profit d’une nouvelle classe politique, où les postes ne seraient plus répartis en fonction des appartenances religieuses, chrétienne, chiite ou sunnite, mais attribués sur la base de la reconnaissance de la laicité comme principe fondateur de l’Etat.

Dans la même aire confessionnelle que l’Irak, il est surprenant aussi de voir le Pakistan saisi par des mouvements populaires qui réclament la chute du Premier ministre actuel. De longs cortèges ont traversé le pays jusqu’à Islamabad. Mais l’enjeu ici est la démission du gouvernement et son remplacement par une équipe aux ordres d’un leader politique charismatique connu, chef du parti islamiste religieux. Dans ce climat de crise de la légitimité gouvernementale, il n’est pas sûr que ce parti, qui prône la charria et interdit tout droit de manifester aux femmes sur la voie publique, atteindra ses objectifs.

Il faut aussi citer le cas des manifestants à Hong Kong, où l’enjeu des mobilisations répétées de semaine en semaine est clairement, sinon le départ des dirigeants chinois, du moins la préservation de l’autonomie de l’ancienne enclave britannique. L’étincelle qui a mis le feu aux poudres a été la volonté du pouvoir d’extrader devant les tribunaux chinois des citoyens de Hong Kong. La lutte frontale avec le pouvoir a conduit les manifestants à réclamer la démission du gouverneur de la province. Dans cet ilot de haute technologie et de salariés cultivés, le jeu du chat et de la souris avec la police a caractérisé récemment le développement là aussi inflexible des manifestants, sous l’œil attentif des autres grandes puissances.

Il pourrait superflu de mentionner les évènements du Chili, pays plus tranquille depuis la chute de la dictature de Pinochet. Depuis le 7 octobre 2019, c’est ici le thème de la révolte contre la hausse des prix qui est au cœur de l’action collective. Tout commence par la protestation contre une hausse de 3% du ticket de métro aux heures de pointe. Le pays connaît sa plus grande crise sociale, miné par des inégalités persistantes, malgré la bonne santé de son économie. Après de sérieux affrontements, qui ont fait une vingtaine de morts, et des milliers d’arrestations, le Président milliardaire Pinéra, qui dans un premier temps avait eu recours à l’armée, a promis des réformes pour lutter contre les inégalités.

Il serait hasardeux de tirer des conclusions générales de ces mobilisations. Elles témoignent tout de même de deux phénomènes, que le retour des dictatures ici où là ne peut dissimuler : face aux pouvoirs en place, on constate de nouveau un sursaut de la rue ; et ceci démontre, quelle que soit  la spécificité des enjeux, que les peuples –parfois au risque de leur vie- ne sont plus enclins à se soumettre et mettent de en plus régulièrement en cause les systèmes politiques dans leur ensemble.

Dominique Martin,
      Vice Président de l’IMRI

Lire l’article sur EcoActu

Chute du mur de Berlin : “C’était un symbole mais tout avait commencé bien avant”, affirme Hubert Védrine

08.11.2019 – LCI

L’INTERVIEW POLITIQUE – Hubert Védrine est l’invité politique d’Elizabeth Martichoux dans la matinale de LCI ce vendredi 8 novembre. L’occasion pour l’ancien ministre des Affaires étrangères d’évoquer les trente ans de la chute du mur de Berlin mais aussi les propos critiques d’Emmanuel Macron sur l’Europe et l’OTAN.

Élizabeth Marthichoux recevait ce vendredi matin sur LCI, dans son interview politique, Hubert Védrine. Porte-parole de la présidence de la République de 1988 à 1991 sous François Miterrand, ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement Jospin de 1997 à 2002, puis auteur d’un rapport sur l’OTAN pour François Hollande en 2013, il apparaît comme l’un des mieux placés pour commenter l’impact de la chute du mur de Berlin, dont on fêtera les trente ans samedi, ou encore les récentes critiques émises par Emmanuel Macron contre l’OTAN. Passage en revue de ses réponses.

Sur la chute du mur de Berlin
“On était tellement dans le processus de l’affaiblissement de l’URSS, ce n’était pas un mouvement allemand. On en parlait depuis 1981. Mais pour les Berlinois, cela a été une accélération extraordinaire, même le chancelier Helmut Kohl ne croyait pas encore en une réunification. Nous étions dans une époque visuelle, donc d’émotion. Les gens croient que le mur a été abattu à coups de pioches alors que pas du tout, il a été ouvert. C’était un symbole mais tout avait commencé bien avant. Les Polonais, les Hongrois, avaient ouvert le rideau de fer plusieurs années avant. Il ne faut pas négliger l’émotion, qui est légitime, mais il faut aussi remettre les choses à leur place. Le régime soviétique était déjà mort-vivant en 1989. Et il a survécu encore deux ans après.”

Sur l’erreur des Occidentaux par rapport aux Russes

“Je crois que, sur le moment, ils n’ont pas été intelligents avec la Russie, en se mettant à la considérer comme un sous-pays, une puissance négligeable. C’est pour cela qu’aujourd’hui, Poutine adopte une posture de défiance, et étend son territoire en Crimée ou en Ukraine. La Russie est redevenue nationaliste et c’est de là que ça vient.”

Sur le terme d’”annexion de l’Allemagne de l’Est” employée par Le Monde diplomatique et applaudi par Jean-Luc Mélenchon

“C’est un vieux débat entre Allemands, depuis le début, bien au-delà du mélenchonisme. Un mouvement minoritaire de gauche radicale, die Linke, considère qu’il s’agit d’une annexion, par nostalgie du communisme est-allemand. Les Allemands ont le droit d’en parler entre eux, mais n’arrivons pas là-dedans avec nos gros sabots. Soyons modérés et responsables. Tous les pays d’Europe ont des problèmes de décalage. Regardez le Brexit…”

Sur l’avènement supposé du capitalisme après la chute du mur

“Ce n’est pas le capitalisme, c’est l’Occident qui impose sa puissance partout, avec derrière un impérialisme américain et une grande naïveté européenne. Les Européens se croient dans le monde des Bisounours alors que c’est plutôt Jurassic Park. Aujourd’hui, on constate que l’histoire n’était pas terminée en 1989. Des dizaines de pays émergents, la Chine en tête, mais aussi tous les pays anciennement colonisés, sont entrés dans la foire d’empoigne mondiale. Les Européens ont longtemps vécu dans une illusion sans en tenir compte. D’ailleurs, ils croient toujours qu’une communauté internationale existe (sourire).”

Sur les propos critiques d’Emmanuel Macron sur l’Europe et l’OTAN

“Il a raison. Mais il faut bien avoir en tête que l’Europe s’est construite sous la protection des États-Unis face à la menace de Staline. Il n’y  a pas de puissance à proprement parler dans l’ADN de l’Europe, juste des valeurs universalistes, qui souvent ne correspondent pas à la réalité. Je trouve le Président Macron courageux là-dessus, comme sur l’OTAN, par ses initiatives, ses prises de position. L’Allemagne le critique ? C’est normal, elle reste tétanisée par son passée et n’a pas d’intérêt à perdre sa puissance dans une réforme. Elle reste au centre de tout en Europe. Et la politique d’Angela Merkel reste une politique d’immobilisme. Il y a en fait un doute sur la garantie de protection américaine depuis des décennies. Les États-Unis ne veulent plus de l’OTAN depuis longtemps, et les Européens veulent y rester faute de mieux. Mais on ne peut plus compter sur les États-Unis, ce qu’Angela Merkel elle-même a compris dès sa première rencontre avec Donald Trump… Le discours de vérité d’Emmanuel Macron peut créer un déblocage, convaincre les Européens de former un pôle de défense autonome, quitte à se passer de l’Allemagne au départ du processus. Sinon, c’est quoi l’autre option ? L’apathie, le renoncement, rien.”

Lire l’article sur LCI

Josep Borrell : « C’est la désunion affichée par l’Europe qui la paralyse »

08.11.2019 – Le Monde

Propos recueillis par Sandrine Morel , Jean-Pierre Stroobants et Sylvie Kauffmann 

Le futur haut représentant européen aux affaires extérieures estime dans un entretien au « Monde » que la Chine, les Etats-Unis et la Russie cherchent à diviser l’UE.

Josep Borrel (au centre), futur haut représentant de l’Union européenne pour les affaires extérieures, lors d’une réunion à Bruxelles, le 28 octobre. Francisco Seco / AP

Josep Borrell est l’actuel ministre des affaires étrangères de l’Espagne. Ce socialiste catalan doit devenir haut représentant de l’Union européenne (UE) pour les affaires extérieures et vice-président de la Commission dirigée par Ursula von der Leyen, en principe à compter du 1er décembre.

L’OTAN est-elle en « état de mort cérébrale », comme le dit Emmanuel Macron ?

Une affirmation si catégorique doit être jugée dans le cadre d’un long entretien. Elle reflète les difficultés du contexte stratégique actuel, en particulier en Syrie. Cependant, pour la majorité des Etats européens, aujourd’hui, il n’existe pas d’alternative à l’OTAN pour leur défense territoriale. Les propos du président de la République reflètent aussi l’urgence, pour l’Europe, d’avancer avec détermination dans le développement de ses propres capacités de défense, afin de pouvoir faire face aux conflits qui la touchent au plus près.

La relation transatlantique a profondément évolué. Faut-il l’adapter ?

Les Etats-Unis d’aujourd’hui ne sont plus ceux qui nous ont offert leur parapluie protecteur. Et, dans une certaine mesure, ils ont raison de demander aux Européens de prendre leurs propres responsabilités, d’assumer leur « destin », comme l’a dit Mme Merkel.

Elle l’a dit mais elle ne le fait pas…

Elle ne peut le faire toute seule. Les Etats membres de l’UE dans leur ensemble dépensent 1,4 % de leur PIB pour la défense, soit quelque 250 milliards d’euros. Ce n’est pas négligeable ! Le problème c’est que ces montants sont mal dépensés, éparpillés, sans économies d’échelle, avec une multiplication des équipements qui sont en concurrence les uns avec les autres. Il ne peut y avoir de défense européenne, ni de volonté stratégique, sans capacité industrielle européenne.

Pensez-vous que Donald Trump œuvre à la division de l’Europe ?

Tout le monde, sciemment ou non, veut nous diviser ! Et nous sommes nous-mêmes divisés quant à la réponse à opposer aux Etats-Unis ou à la Chine, là aussi en fonction de ce que nous avons vécu historiquement. M. Trump défend ses intérêts. La seule réponse que l’on peut apporter à « America first », c’est « United Europe ».

M. Macron a lancé une initiative, critiquée en Europe, de rapprochement avec la Russie. Quelle va être votre stratégie vis-à-vis de Moscou ?

Une initiative française sur la Russie devait évidemment créer des remous, car le sujet russe divise fortement le Conseil. Je crois, d’une part, que l’on ne peut abandonner la politique de sanctions sans avoir rien obtenu et, d’autre part, que des sanctions seules ne font pas une politique. Je pense surtout que nous aurons besoin d’une plus grande coopération et de davantage de discussions au sein de l’UE si nous voulons une politique étrangère commune – et je ne dis pas « unique ».

Lire l’article sur Le Monde

Josep Borrell met l’Espagne et la Commission von der Leyen en difficulté

08.11.2019 – Le Quotidien

Josep Borrell a diffusé sur Twitter un document jugé confidentiel lié à une procédure judiciaire contre une indépendantiste catalane. (photo AFP)

La Commission européenne a affirmé vendredi qu’il appartenait à l’Espagne d’examiner les éventuelles suites à donner après la publication sur Twitter par son prochain chef de la diplomatie, Josep Borrell, d’un document jugé confidentiel lié à une procédure judiciaire contre une indépendantiste catalane.

La gaffe du ministre met son pays dans l’embarras. Elle pourrait également gêner la nouvelle Commission européenne à moins de trois semaines du vote d’investiture prévu au Parlement européen. “Des règles claires s’appliquent à l’utilisation du Système d’Information Schengen (SIS) et on s’attend à ce que tout le monde les respecte”, a affirmé vendredi la porte-parole de l’exécutif bruxellois Mina Andreeva.

En cause : un tweet envoyé mercredi par Josep Borrell où il montre un document envoyé par les autorités britanniques – via le système Sirene – dans lequel est demandé à Madrid un complément d’information concernant le mandat d’arrêt visant l’indépendantiste catalane Clara Ponsati, réfugiée en Écosse. Dans son message, rapidement effacé par l’expéditeur mais dont des copies ont été conservées, Josep Borrell a publié des données à caractère personnel confidentielles.

Une lettre de protestation a été adressée à Jean-Claude Juncker et à Ursula von der Leyen – qui doit lui succéder à la tête de l’exécutif européen – par l’eurodéputée catalane du groupe des Verts Diana Riba i Giner. Dans son courrier, l’élue exige “la révocation de la nomination de M. Josep Borrell au poste de Haut représentant pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité si l’utilisation abusive d’informations confidentielles est prouvée”.

“Un comportement extrêmement inquiétant”

Selon Mina Andreeva, les données introduites dans le système Schengen ne peuvent être consultées que par certaines “autorités compétentes” dont chaque État membre doit fournir la liste. “Le tweet a été posté par M. Borrell en sa qualité de ministre des Affaires étrangères de l’Espagne et il appartient maintenant aux autorités espagnoles d’assurer le suivi de cette affaire”, selon la porte-parole. Des sanctions financières sont prévues en cas de violation du règlement, a-t-on précisé de source interne à la Commission.

Un porte-parole britannique du système Sirene au Royaume-Uni a déclaré que les informations qu’il contenait étaient destinées aux forces de l’ordre et aux juges et n’étaient “généralement pas publiques”. Josep Borrell a été désigné le 2 juillet par les dirigeants européens pour devenir le futur chef de la diplomatie de l’UE, avec le titre de vice-président de la future Commission von der Leyen. Selon Diana Riba i Giner, le fait de diffuser des données confidentielles sur Clara Ponsati relève d’”un comportement extrêmement inquiétant et inacceptable pour un commissaire désigné”.

Le Parlement européen a déjà approuvé la nomination de Josep Borrell comme remplaçant de Federica Mogherini. Mais les eurodéputés doivent encore valider la future Commission dans son ensemble. Ce vote à la majorité simple est programmé le 27 novembre lors de la prochaine séance plénière à Strasbourg.

LQ/AFP

La méthode Macron remise en question par un nouveau tollé sur l’OTAN

Aline Robert – EURACTIV

08.11.2019

EPA-EFE/STEPHANIE LECOCQ

La vision géopolitique du président français, exposée dans un entretien avec The Economist, a de nouveau suscité des réactions épidermiques. Le président multiplie les maladresses diplomatiques au risque de braquer ses partenaires.

Le nouveau Haut représentant de l’Union européenne aux affaires extérieures, Josep Borrell, a une vision  plus diplomatique qu’Emmanuel Macron. Dans une interview au Monde, vendredi 7 novembre, il incite à se référer à l’ensemble de l’interview de The Economist publiée la veille, plutôt qu’à la formule choc faisant référence à la « mort cérébrale de l’OTAN », qui sème le trouble dans les capitales européennes.

Josep Borrell justifie néanmoins le propos du président, qui selon lui « reflètent aussi l’urgence, pour l’Europe, d’avancer avec détermination dans le développement de ses propres capacités de défense, afin de pouvoir faire face aux conflits qui la touchent au plus près. »

L’Espagnol, qui prendra ses fonctions le 1er décembre, prend ainsi la défense du président français, par ailleurs sous le feu d’un tir nourri pour avoir osé dire tout haut ce que beaucoup pensent tout bas, en tirant à boulet rouge sur l’OTAN et en appelant à être « lucide ». Des termes récusés par Berlin et Washington,  où le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo a estimé que l’Otan restait « un des partenariats stratégiques les plus déterminants de l’Histoire ».

La plupart des critiques portent toutefois sur la forme, et surtout cette formule  de « mort cérébrale » d’une organisation qui garantit la sécurité de la majorité des pays européens. Le timing peut aussi étonner : critiquer une structure avant une célébration, celle des 70 ans de l’OTAN qui se tiendra à Londres début décembre, plutôt qu’après, semble peu constructif.  Mais le président français veut ainsi faire bouger l’agenda de la rencontre.

Imbroglios diplomatiques en série

Au risque de crisper sérieusement ses partenaires. Depuis la rentrée, et la venue de Vladimir Poutine en France, la politique étrangère de la France a tendance à poser question, pour le moins, avec un président français qui semble se poser en ministre des affaires étrangères de l’Europe.

De nombreux pays n’ont pas compris l’opposition de la France à l’ouverture des négociations d’adhésion avec la Macédoine du Nord. Ainsi les Grecs contemplent aujourd’hui l’accord de Prespa, qui scellait avec la Macédoine du Nord la fin d’un conflit très long, avec inquiétude. L’absence de perspectives européennes risque de raviver la flamme nationaliste de la Macédoine du Nord. « L’accord risque de ne pas être appliqué, par exemple le nouveau nom, Macédoine du Nord, ne sera pas modifié sur les monuments si le Parti nationaliste VMRO est élu lors des prochaines élections ; et au final, i’accord sera en danger » prévient Sia Anagnostopoulo, ancienne ministre des affaires européennes du gouvernement Tsipras, et députée Syriza en Grèce.

La Bulgarie et l’Ukraine se sont aussi alarmé des propos du président sur certains de leurs ressortissants, accusés de trafic de travailleurs illégaux,

« L’analyse du président est pertinente, mais le risque, c’est que les partenaires européens se crispent, ce qu’ils font de plus en plus à chaque petite phrase de Macron mal interprétée. Dans ce cas, chacun campe ses positions, et la méthode Macron ne fonctionne pas, il risque de perdre ses batailles » note Alice Pannier, professeur d’études européennes et de relations internationales à l’université Johns Hopkins, à Washington.

Un problème de méthode problématique, d’autant que le constat et la vision posées par le président n’ont pas tellement d’alternatives en Europe.

Une vision réaliste qui fait encore débat

Le constat d’une Europe conçue comme un projet politique, mais qui ne fonctionne que lorsqu’il s’agit de sujets économiques fait consensus.  Le modèle a fonctionné tant que libre-échange et démocratie coulaient de source. Maintenant que la guerre commerciale renait, ainsi que les menaces sur la démocratie avec le retour de régimes autoritaires et la menace sur l’indépendance de la justice et de la presse au sein même de l’Europe, le modèle vacille. Mais si la vision fait consensus, les réponses à apporter font encore débat. L’approche réaliste de Macron, à propos de la Russie avec laquelle il veut renouer le dialogue, reste en travers de la gorge de ses partenaires.

Dire que l’OTAN ne peut fonctionner avec des membres qui prennent des décisions unilatérales sans se consulter, comme les Etats-Unis et la Turquie l’ont fait en Syrie est une évidence ; sans doute trop sensible pour être mise au grand jour.

La Syrie cristallise les tensions

D’autant que le président « ne propose pas de solution concrète qui pourrait supplanter l’absence de vision commune au sein de l’OTAN. Faut-il expulser la Turquie de l’OTAN ? Remettre en cause l’article 5 ? » se demande Alice Pannier.

C’est surtout sur la Syrie que le président français a mis les pieds dans le plat dans son interview à The Economist, en soulignant que l’attaque de la Turquie contre les alliés de l’OTAN interroge potentiellement l’article 5 du traité de l’OTAN, une clause qui prévoit que les membres attaqués seront défendus par leurs pairs.

« Que sera l’article 5 demain ? » s’est interrogé le président français dans The Economist. Une vraie question, qui ne pourra pas être évitée lors du prochain sommet de l’OTAN

Encore faut-il pour cela que d’autres pays européens soutiennent la France. « Macron a tellement plus d’idées que les autres leaders européens. Mais il aurait plus d’influence s’il avait la patience de construire des coalitions pour les défendre » a récemment souligné Charles Grant, directeur du think-tank CER.

Lire l’article sur EURACTIV

Exclusif. Mostafa Terrab, patron de l’OCP, prépare une académie de formation des journalistes

07.11.2019

Le patron de l’Office chérifien des Phosphates (OCP), Mostafa Terrab, est aux petits soins avec les journalistes marocains. Selon nos sources, le PDG de la plus grande entreprise étatique du Maroc vient de lancer le chantier, à gros budgets, d’une académie de formation des journalistes qui verra le jour dans quelques années.

Nos sources précisent que ce projet est piloté par la journaliste Aïcha Akalay, ancienne directrice de publication de l’hebdomadaire TelQuel, engagée par Mostafa Terrab en personne. Le patron de l’OCP est derrière de nombreux projets précurseurs dans le domaine la formation comme l’Université Mohammed VI Polytechnique de Benguerir ou encore l’école de Codage 1337 à Khouribga. Cette dernière a été lancée en partenariat avec l’école 42, fondée par l’entrepreneur français Xavier Niel.

Lire l’article sur Maghreb Intelligence

OCP rejoint les multinationales avant-gardistes du développement durable

09.11.2019 – Aujourd’hui le Maroc

Le Groupe vient d’intégrer le World Business Council for Sustainable Development

Le Groupe OCP, un des leaders mondiaux de l’industrie du phosphate et de ses dérivés, implémente une stratégie qui lui permet de renforcer son statut de producteur d’engrais parmi les plus durables au monde et ainsi, répondre aux Objectifs du développement durable (ODD) fixés par l’ONU.

OCP dans la cour des grands. Les efforts du Groupe OCP en matière du développement durable viennent d’être récompensées de la plus belle des manières. En effet, l’Office vient de rejoindre le World Business Council for Sustainable Development (WBCSD, Conseil mondial des entreprises pour le développement durable), une association internationale regroupant plus de 200 multinationales avant-gardistes agissant en faveur du développement durable. L’intégration de ce réseau mondial permettra au Groupe OCP de poursuivre la réalisation de ses ambitions de développement durable en collaboration avec de grands groupes internationaux partageant les mêmes objectifs et les mêmes valeurs. A l’occasion de l’annonce de l’intégration du WBCSD, M. Mostafa Terrab, président-directeur général du Groupe OCP, a déclaré : «Nous sommes heureux de rejoindre le WBCSD et de faire partie des entreprises membres de cette organisation. Nous participons tous à cet engagement vital visant à accélérer la transition vers un avenir durable. Notre vision en la matière est profondément ancrée dans notre ADN car nous gérons consciencieusement les plus grandes réserves mondiales de phosphate, un nutriment essentiel pour nourrir de manière durable une population mondiale croissante». Pour sa part, Peter Bakker, président directeur général du WBCSD, a déclaré : «Le WBCSD est heureux d’accueillir OCP en tant que nouveau membre. Garantir que 9 milliards de personnes puissent bien vivre dans les limites de ce que peut offrir la planète d’ici 2050 est au cœur de notre vision pour un monde durable. Cela fait d’OCP un atout précieux pour nos membres et pour plusieurs de nos projets dans un contexte de transformation du système alimentaire mondial».

Le Groupe OCP, un des leaders mondiaux de l’industrie du phosphate et de ses dérivés, implémente une stratégie qui lui permet de renforcer son statut de producteur d’engrais parmi les plus durables au monde et ainsi, répondre aux Objectifs du développement durable (ODD) fixés par l’ONU. OCP s’est fixé des objectifs ambitieux en lançant le programme «Économie Circulaire» au sein de sa «Sustainability Platform» dont l’approche vise à créer une dynamique verte, ainsi qu’à favoriser la symbiose avec l’écosystème industriel et les communautés. Cette nouvelle approche, qui consiste à passer d’un schéma linéaire de consommation des ressources à une approche circulaire, se concrétise à travers quatre axes : la préservation des ressources, la production durable, la rationalisation de la consommation et la valorisation des déchets en ressources.

Le programme « Économie Circulaire » participe à une meilleure création de valeur pour les clients et partenaires du Groupe. Il bénéficie également à ses collaborateurs et aux populations qui vivent sur ses sites d’implantation. Plusieurs objectifs sont visés: zéro consommation d’eau conventionnelle, 100% d’énergie propre, réhabilitation des mines en projets agricoles structurants au profit des communautés, maîtrise des émissions et gestion des effluents, maximisation de la valorisation du phosphate à faible teneur, implémentation d’une agriculture intelligente, etc.

La mission du Conseil mondial des entreprises pour le développement durable (WBCSD) est d’accélérer la transition vers un monde durable en rendant plus performantes les entreprises qui font du développement durable leur fer de lance. Cette organisation promeut la collaboration entre les entreprises du secteur privé comme seul moyen d’obtenir l’impact et l’ampleur nécessaires pour réaliser les objectifs de développement durable (ODD). Dans ce sens, il œuvre pour le développement de solutions métier et le partage de pratiques de pointe entre ses membres. Il participe également à l’élaboration des politiques publiques afin de créer le cadre approprié permettant aux entreprises de contribuer efficacement aux objectifs de développement durable. Avec près d’un siècle d’expertise et un chiffre d’affaires de plus de 55 milliards de dirhams en 2018, OCP est le leader mondial sur le marché du phosphate et le premier producteur mondial d’engrais phosphatés.

Le Groupe offre une large gamme d’engrais phosphatés enrichis en nutriments, adaptés pour enrichir les sols, augmenter les rendements agricoles et nourrir la planète de manière économique et durable. Grâce à sa stratégie de développement industriel intégrée d’envergure, OCP est présent sur toute la chaîne de création de valeur du phosphate et opère sur la totalité de ses métiers, offrant à ses 21.000 collaborateurs un parcours de développement d’excellence. Basé au Maroc, et présent sur les 5 continents, OCP travaille en étroit partenariat avec plus de 160 clients à travers le monde. Engagé à servir au mieux le développement de l’Afrique, le Groupe met l’innovation au cœur de sa stratégie, notamment pour la mise en place d’une agriculture durable et prospère. Acteur industriel responsable, OCP est aussi engagé dans le développement environnemental, social et humain du continent. Le Groupe est ainsi convaincu que leadership et rentabilité sont synonymes de responsabilité sociétale et de développement durable.

Lire l’article sur Aujourd’hui le Maroc

Un monde de murs: «La figure du mur est supposée colmater les angoisses»

08.11.2019 – Le Soir

WILLIAM BOURTON

1989-2019. Pour le géographe Michel Foucher, le Mur de Berlin fut un cas unique et y faire référence pour évoquer l’évolution des frontières et des migrations n’a guère de sens.

Pour Michel Foucher, la référence au Mur de Berlin n’a guère de sens lorsqu’on a affaire à des dispositifs sécuritaires ou anti-migratoires. – D.R.

ENTRETIEN – À la fin du XXe  siècle, d’aucuns ont tiré des conséquences hyperboliques de la chute du Mur de Berlin et prophétisé ni plus ni moins que « la fin de l’Histoire » et la victoire planétaire de la démocratie libérale. Dans ces conditions, les « murs » entre les nations étaient progressivement appelés à disparaître… Cette utopie a fait long feu. Pour autant, les peuples se sont-ils barricadés entre eux ? Nous avons interrogé le géographe et diplomate français Michel Foucher, un des meilleurs spécialistes mondiaux des frontières.

 

Le mur, 30 ans après

09.11.2019 – France Culture

AFFAIRES ÉTRANGÈRES par Christine Ockrent

9 novembre 1989, la frontière de béton, qui paraissait infranchissable, finit par tomber pierre après pierre. Les théories fusent : est-ce l’avènement de l’Occident, du marché global et des démocraties libérales ? Trente ans plus tard, le paysage semble bien plus nuancé.

Les Berlinois de l’Ouest se rassemblent devant le mur alors que des soldats de l’Est commencent à le détruire, le 11 novembre 1989, entre Berlin-Est et Berlin-Ouest, près de la place Potsdamer. Crédits : Gérard Malié – AFP

Dans la nuit du 9 au 10 novembre 1989, alors que Gunter Schabowski, le chef du parti communiste de Berlin-Est déclare qu’à partir de minuit, les Allemands de l’Est seraient libres de quitter le pays, sans autorisation, une certaine idée du monde et de la géopolitique commence à émerger : et si cette séparation de briques et de béton, construite en août 1961, était la dernière dans ce nouveau monde promis aux démocraties libérales ?

Pourtant la célébration des trente ans de la chute du Mur de Berlin, ce samedi, trouve un écho étrange tant les clôtures, murs et autres frontières filtrées se multiplient aujourd’hui. Eriger une séparation permet aux Etats, en dernier ressort, de faire acte de souveraineté et de donner à l’opinion publique un symbole efficace. Pour la politologue canadienne de l’université du Québec à Montréal, Elisabeth Vallet, citée par Le Monde, “le mur est la réponse immédiate des politiques à l’impression des gens d’une perte de contrôle des territoires, des flux, des valeurs”. Il sert aussi d’argument électoral efficace, notamment dans la campagne électorale américaine de 2016 avec le fameux “Build that wall” de Donald Trump. Un projet dont il se félicite encore aujourd’hui :

Banks are staying away from bitcoin ‘bubble‘ due to money laundering, Credit Suisse CEO says

Stock Daily Dish – 09.11.2019

Banks have “little or no appetite” to get involved with bitcoin and cryptocurrencies due to fears of a bubble and illicit activity associated with it, the chief executive of Credit Suisse said Thursday.

“I think most banks in the current state of regulation have little or no appetite to get involved in a currency which has such anti-money laundering challenges,” Tidjane Thiam said at a news conference, according to .

The banking executive‘s comments came as the digital currency .

Thiam added that investors were only buying into the digital asset “to make money,” and described it as “the very definition of speculation and the very definition of a bubble.”

The chief financial officer of ING also weighed in on cryptocurrency worries Thursday, saying that, although digital assets are an effective means of exchange, the bank was not advising clients to in invest in them.

Read the article on Stock Daily Dish

Les économistes français en Amérique ont la cote

08.11.2019

Confluences

Selon le journal le Monde, les économistes français et leurs travaux sont à la mode outre-Atlantique. Et leur apport pourrait révolutionner la pensée économique mondiale.

Esther Duflo, Gabriel Zucman, Emmanuel Saez, Thomas Philippon, Thomas Piketty, Philippe Aghion, Olivier Blanchard… Dans l’Amérique de Donald Trump, les économistes français sont à la mode. Ils publient des ouvrages à succès (le Capital au XXIe siècle pour Piketty, le Triomphe de l’injustice pour Zucman et Saez), enseignent dans les établissements les plus prestigieux (Philippon à New York University, Aghion à Harvard), travaillent pour les principales institutions internationales (Blanchard, ancien économiste en chef du FMI) et gagnent parfois le prix Nobel (Esther Duflo).

Mais ce n’est pas tout. Si Zucman et Saez affirment que, grâce à la réforme du locataire de la Maison-Blanche, les 400 premières fortunes américaines paient un impôt sur le revenu proportionnellement inférieur à la moyenne des Américains, Philippon dénonce « la cartellisation de l’économie ». Duflo, ancienne conseillère de Barack Obama, se dit quant à elle « mue par un désir profond d’améliorer le quotidien des populations pauvres », tandis que Piketty, cela est désormais bien connu, veut « dépasser l’hyper-capitalisme et lutter contre les inégalités ».

Les économistes français sont-ils en train de révolutionner la pensée économique mondiale ? Ce qui est certain, c’est qu’ils ont une certaine « vision du monde », explique le Monde, pour qui les Français « ne cherchent pas l’art pour l’art ». Certes, ils sont connus pour leur connaissance des mathématiques, « bien meilleure en France qu’aux États-Unis ». Mais pour les Français, « la théorie n’est qu’un instrument », précise Daniel Cohen, qui fut leur professeur à l’École normale supérieure. Selon le maître, les économistes made in France viennent à l’économie « avec un but, la compréhension du monde ».

CHANGEMENT CULTUREL

Thomas Philippon ne dit pas autre chose à propos des économistes français. « C’est notre côté Zola : nous pensons qu’un intellectuel doit être dans le débat public. Nous avons l’orgueil de penser que nous avons quelque chose à dire et qu’il faut sortir de notre tour d’ivoire », confie-t-il.

Surtout, cette génération de Frenchies arrive après la crise financière qui a ébranlé les fondements de la vision libérale de l’économie, incarnée par l’école de Chicago. Celle-ci a en effet « pris un formidable seau d’eau froide avec la crise de 2008 », souligne Daniel Cohen. Résultat : les questions liées à la lutte contre les inégalités, la croissance équitable, la flexibilité budgétaire, l’aide au développement ou encore la taxation des hauts revenus hantent les esprits. Par ailleurs, les grands patrons américains appellent les entreprises à plus de responsabilité sociale : une première et un véritable changement culturel. Ceci à un an de l’élection présidentielle américaine.

Or, si les économistes américains sont souvent « prisonniers des contraintes politiques qu’ils ont perçues à Washington », les étrangers, eux, « n’appartiennent pas à l’establishment », analyse Gabriel Zucman. Ils sont ainsi « moins imprégnés de l’idéologie dominante ».

Serait-ce l’avènement d’une nouvelle ère post-libérale ? Peut-être, et elle pourrait bien démarrer de l’autre côté de l’Atlantique.

Lire l’article sur Confluences

L’Alsace découvre du lithium, un métal ultra-stratégique, dans son sous-sol

08.11.2019

Europe 1

L’Alsace, prochain eldorado du lithium? Au pied des Vosges, en sous-sol, des chercheurs ont découvert des ressources qui permettrait de faire de la France un pays autonome en lithium. Ce métal qu’on retrouve dans les batteries de nos ordinateurs, de nos smartphones, des voitures électriques, est hautement stratégique.

REPORTAGEDans vos ordinateurs ou vos smartphones, presque toutes les batteries du monde sont fabriquées avec du lithium. Ce métal hautement stratégique pour les pays vient traditionnellement de mines géantes en Australie ou en Amérique du Sud. En Alsace, où la géothermie est très développée – on y puise de l’eau chaude à 3.000 mètres sous terre pour produire de l’électricité -, on s’est rendu compte que l’eau contenait 200 mg de lithium par litre. Une découverte stratégique alors que l’Europe se prépare à bâtir un “Airbus des batteries”.

Le métal est filtré comme le café puis porté jusque dans des raffineries pour être affiné aux qualités nécessaires à la production de batteries. Les tests menés en laboratoire sont très encourageants. “L’eau chaude géothermique d’Alsace est très riche en lithium”, assure Jean-Jacques Graff, président de l’Association française des professionnels de la géothermie.

“Avec dix centrales comme celles qui sont en exploitation en Asie du Nord, on couvrirait des besoins français en lithium”, poursuit-il. Avant peut-être l’industrialisation, une petite usine de production pourrait vite voir le jour au Nord de Strasbourg.

“Je n’y crois pas totalement”

“C’est une bonne nouvelle mais je n’y crois pas totalement”, nuance Philippe Chalmin, économiste spécialiste des matières premières et professeur d’histoire économique à l’Université Paris-Dauphine. “La question qui se pose, c’est : est-ce que dans 20 ans, le lithium Ion ne sera pas remplacé dans les batteries ? Est-ce qu’on ne sera pas passé à l’hydrogène ?”

L’universitaire estime que le lithium pourrait également poser des problèmes de rentabilité : “Ce n’est pas un métal rare”, souligne-t-il. “Il y a eu d’énormes investissements et les prix se sont fortement abaissés.”

Lire l’article sur Europe 1

Bitcoin is not real, and any purchase amounts to speculation, says ECB’s ex-chief as he pours cold water on cryptocurrency

10.11.2019 – South China Morning Post

Louise Moon

  • “The [crypto]currency itself is not real, with the characteristics that a currency must have,” said the European Central Bank’s former president Jean-Claude Trichet, at Caixin’s conference in Beijing
  • An alternative monetary tool to existing currencies is the Special Drawing Rights (SDRs) by the International Monetary Fund, Trichet said

Stacks of computers used for mining bitcoin at the Bitfarms cryptocurrency farming facility in Farnham, Quebec, Canada, on Wednesday, January 24, 2018. Photo: Bloomberg

The European Central Bank’s former president Jean-Claude Trichet said he is doubtful that cryptocurrencies can ever become the future of money, becoming the latest monetary authority to pour cold water on the simmering technology that seeks to disrupt and disintermediate global central banks from their control of currencies.

“I am strongly against bitcoin, and I think we are a little complacent,” Trichet said during a panel discussion at Caixin’s 10th annual conference on Sunday in Beijing. “The [crypto]currency itself is not real, with the characteristics that a currency must have.”

Buying a cryptocurrency is “in many respects pure speculation,” said Trichet, who led the ECB from 2003 to 2011, after a decade as governor of the Bank of France. “Even if [the cryptocurrency] is supposed to be based on underlying assets, I am observing a lot of speculation. It is not healthy.”

Trichet’s comment echoes the concern shared by global central banks about the threat posed by cryptocurrencies, for their decentralisation of traditional currencies, disruption of the global financial system and hindrance to monetary authorities in controlling the value of money. The ECB’s board member Benoit Soeure went as far in September as warning that cryptocurrencies could “challenge the supremacy of the US dollar,” in a report on CNBC.

European Central Bank’s former president Jean-Claude Trichet during a press conference in Frankfurt on April 7, 2011. Photo Agence-France Presse

At the summit, the 76-year-old French economist said he was also “very much against” Libra, a cryptocurrency project proposed by Facebook in June. Originally announced alongside a list of corporate backers, the social media site has faced scrutiny over entering the financial services space causing firms like Visa, MasterCard and PayPal to pull support in October.

Cryptocurrencies are decentralised digital currencies, traded without a central bank or administrator. Transactions between users, without the traditional middle man, are recorded in a digital ledger of blockchain.
China has taken a tough stance against cryptocurrencies. China’s central bank and financial regulators in September 2017 banned initial coin offerings (ICOs), in which companies could raise funds by issuing digital tokens, or coins. Local trading platforms were shut, and access to all domestic and foreign platforms related to cryptocurrency trading and ICOs were blocked in February 2018, in attempts to quash the market.

Chinese banks are barred from handling bitcoin or any cryptocurrency, although individuals are not barred from holding them. China hosts some of the world’s largest bitcoin and cryptocurrency mines.

Bitcoin is the world’s first, and most popular cryptocurrency, founded in 2009 by an unknown developer known as – what’s commonly thought to be a pseudonym – Satoshi Nakamoto. The value of bitcoin has swung from US$0.003 in March 2010 to a record US$20,000 at the end of 2017, before crashing the following year, now trading at around US$8,800 each.

Nevertheless, some central banks like Sweden’s Riksbank are embracing technology, seeking to create digital versions of their currencies to cater for the explosive growth of e-payment and cashless remittance platforms. The People’s Bank of China is poised to roll out a digital currency that can be used across major payment platforms like WeChat Pay and Alipay – not to be confused with a cryptocurrency – while the Bank of England’s Mark Carney has also proposed a digital reserve currency.

A monetary tool that Trichet prefers is the Special Drawing Rights (SDR) created by the International Monetary Fund (IMF), whose value is pegged to the US dollar, the euro, the pound sterling, the renminbi and the yen.

“I have great doubts of keeping control of monetary value in [the cryptocurrency] domain,” said Trichet. “In the so-called new stable international currencies … the SDR would be the right basket.”

The world may be moving away from physical coins and notes, but that path may not be in the direction of cryptocurrency, Trichet said.

“We are already in a domain which has much less physical currency,” he said. “Whether we are in a domain where that will be replaced with crypto? I have doubts there.”

Read the article on South China Morning Post